GUIA-PARA-UN-UNIVERSO-tapa-Mardero

 

Editorial Estuario, Montevideo, 2016, 100 pages.

Illustrations d’Eduardo Barreto.

ISBN: 978-9974-720-56-5

 

Née à Montevideo en 1975, Natalia Mardero est diplômée en communication sociale, et journaliste. Elle publie de la littérature depuis le début des années 2000, et notamment de la S.F.  En 2001, « Posmonauta » , en 2004 (réédition en 2016), « Guía para un universo », puis en 2012, « Gato en el ropero y otros haikus », et 2014, « Cordón Soho », roman déjà commenté il y a quelques mois dans « Les Lettres de mon Trapiche ». Elle a participé à plusieurs anthologies. Elle est aussi DJ à ses heures, et tient un blog intitulé : « Madonna es mi madrina ».

 

C’est une oeuvre de jeunesse, publiée en 2004 et rééditée en 2016. Aux confins de la science-fiction, de la poésie et d’une fantaisie à la Lewis Caroll, ce « Guide pour un univers » tresse deux fils narratifs : d’une part des chapitres intitulés « Diario de viaje » et numérotés, racontant les voyages interstellaires d’une narratrice qui reste anonyme, d’autre part des chapitres qui s’intercalent entre les précédents et portent en général le nom d’une planète extraordinaire qui y est décrite, comme une escale. C’est donc une sorte de « Guide du routard galactique » à l’uruguayenne, où l’on ressent également une influence de Ray Bradbury, ou de Swift. Les nombreuses illustrations d’Eduardo Barreto donnent un air de livre pour enfants, mais c’est une lecture pour tous les âges, riche d’une imagination débridée, et qui ne se laisse enfermer dans aucun genre. Les chapitres sont très courts et peuvent souvent se lire indépendamment des autres, comme des micro-récits ou des contes poétiques.

Parmi les escales proposées par ce guide, on retient notamment la planète « Lemon Pie » dont la surface est recouverte de meringue, ou « Plato Elefante », en forme d’assiette géante reposant sur le dos de deux éléphants, habitée par les hialpes, des souris géantes très élégantes et bien élevées qui adorent faire du vélo. Il y a aussi « Malvinas II » la planète des Argentins, et la planète des morts, habitée par tous les terriens défunts, et « Dermis » dont la surface semble faite de peau humaine, sous toutes ses formes, la planète « Ginkee » dont les habitants changent de couleur selon leurs émotions… Il y a « Retrolandia » la planète des antiquaires et des marchés aux puces, et « Fowoh » si lointaine que ses habitants ne reçoivent encore que les émissions télévisées de la Terre des années 1980 et se passionnent pour Madonna et Lady Di… Il y a encore bien d’autres mondes étranges et on laissera le lecteur y faire son itinéraire en lui conseillant juste d’éviter la « planète paradis » dont la perfection est si parfaite qu’elle est insupportable pour les terriens et les rend fous ! Une lecture rapide pour passer un moment divertissant. 

0014242828