la-epopeya-de-las-pequennas-meurtes_002

 

Editorial Fin de Siglo, Montevideo, 2017, 120 pages. 

ISBN : 9789974499065

 

Fabian Muniz est né en 1988 à Montevideo. Professeur de lettres, chroniqueur culturel dans la presse, il a publié poésie et textes courts dans diverses revues et anthologies en Uruguay et Argentine. « La epopeya de las pequeñas muertes » est son premier roman, gagnant du prix Gutenberg des éditions Fin de Siglo. 

Les petites morts, à tout moment, par petites bouffées, par lots : grands ou petits, tout le long de la vie tout au long des générations.

Les petites morts comme un succession de malheurs, de désillusions… Mais aussi comme le moteur de ce qui forme/donne corps à la vie et construit finalement un tout qui donne structure dans ce qui semble le chaos…

Voilà ce que j’ai cru comprendre, ce que j’ai cru appréhender tout au long de cette histoire de famille. Une famille comme toutes les autres (où pas?; il y a toujours quelques cadavres cachés non?), remplie de tensions, jalousies, amours, rebondissements, etc… C’est une histoire à la lecture ardue (il faut s’accrocher pour ne pas perdre le fil de l’histoire) qui mène le lecteur d’un personnage à l’autre, d’une époque à l’autre (par aller-retours) comme pour vous emmener d’une petite mort à l’autre en faisant des sauts dans l’espace-temps, comme pour mieux nous emmener vers une petite mort intellectuelle!

Mais aussi nous y trouvons quelques sauts sur la philosophie, quelques sauts sur l’art de l’écriture, quelques sauts sur l’art de la poésie ainsi que quelques sauts dans le monde du réalisme magique ce qui termine de nous mettre dans le bain de cette histoire très intéressante…

Finalement, après avoir réussi à terminer la lecture, on se sent renaître comme un phénix de ses cendres !

fabian-muniz